À PROPOS

IMAGINEUR

Image, mage, magie

L’Art, l’Histoire, les mythologies inspirent et nourrissent mon processus créatif.
Mes créations, les icônes créoles, issues du Tout-monde, proposent une lectures multiple de l’histoire
de notre humanité, et plus encore, envisagent les possibilités d’autres mondes.

Archipel des Mascareignes

L es icônes créoles ont émergé d’un questionnement sur mon identité. Natif de l’île de la Réunion, au sein de l’archipel des Mascareignes, confluent de peuples venus d’Afrique, de Madagascar, d’Asie et d’Europe, mes racines sont multiples et ma conscience est composée d’images issues de cette culture plurielle. J’ai là une matière, un espace avec lesquels s’exprime mon imaginaire. Ce processus de création élargit l’horizon de ma conscience, de la constellation géographique et humaine au sein de laquelle je suis inscrit.

« La mémoire est dynamique, c’est-à-dire plastique, transitoire, instable, et l’œuvre [d’art] est le résultat d’une fixation, d’une solidification des éléments insaisissables qui la constituent. » (1)

Poésie visuelle

Le XVème siècle, les Temps Modernes, est le point du temps à duquel mon imaginaire se déploie. Pendant cette période de l’Histoire, les connections entre les civilisations, à travers la route des Épices, les échanges commerciaux, le commerce triangulaire, ont favorisé la rencontre entre les régions du monde et ont ouvert de nouveaux espaces dans la représentation de notre planète.

Ma vision et mes créations trouvent leur résonance dans les œuvres d’Édouard Glissant, de Patrick Chamoiseau et celle d’autres écrivains, poètes, philosophes, visionnaires-rêveurs de mondes. Ces icônes créoles, poèmes visuels, illustrent sous différentes formes la notion de créolisation et celle, ouverte et multiple, de l’identité définie par Édouard Glissant.

Mappemonde – Melchior Tavernier, 1643.

Le web est une matrice, une base de données dans laquelle je puise des informations visuelles et l’Histoire, l’Art sont les trames avec lesquelles je compose ma vision. À partir d’œuvres d’art d’époques différentes, je réalise des liaisons en combinant des motifs puisés dans la mémoire du monde, associant entre elles des images venues de temps et de cultures différentes.

Mon intention est d’explorer les multiples possibilités de rencontre entre des images du monde et de révéler d’autres facettes d’une réalité inscrite dans la psyché collective.

Paysages psychiques

La mythologie est nécessaire à l’être humain, elle élargit son champ de vision de l’humanité dans toute sa globalité. Les mythes élèvent le niveau de notre conscience spirituelle et nous permettent de réapproprier notre pouvoir de rêver, d’imaginer.

L’imagination créatrice, par sa plasticité, révèle notre géographie intime, nos paysages psychiques. Et grâce à l’imaginaire, à notre temps du rêve, nous construisons nos représentations du monde.

Réalisez que l’histoire personnelle, transgénérationelle et culturelle dans laquelle nous nous inscrivons à chaque instant constitue la trame mosaïque de l’Humanité et que cette trame est en perpétuel devenir.

Comme le souligne Édouard Glissant dans Philosophie de la Relation : « Le monde comme représentation est donné dans l’imagination, mais en tant qu’il est aussi Tout-monde, c’est-à-dire une totalité non totalitaire et dont les détails et la multiplicité ne se perdent pas, il s’ouvre à l’imaginaire. »

L’horizon des événements

L’Occident, avec son projet idéologique et économique et ses systèmes de pensée, a conquis le monde durant plusieurs siècles. Maintenant que l’espace géographique a été mesuré, cartographié, le projet se poursuit par la conquête effrénée de nos espaces psychiques.

Les humanités, atteignant les bordures d’un temps révolu, explorent jour après jour les possibilités d’un devenir-peuples qui marche en conscience vers une vision écologique de notre devenir, j’entends par là une écologie humaine, politique et environnementale.

 

Thierry Lo-Shung-Line – Imagineur.

(1) Israel Rosenfiel – L’invention de la mémoire.
Édouard Glissant – Introduction à une politique du divers.
Édouard Glissant – Une autre région du monde.
Patrick Chamoiseau – Écrire en pays dominé.
Félix Guattari – Les Trois Écologies.

Share This